TEXTES

Mon uoW

«-Vous savez ce que vous avez à faire les gars?!
-Dès que vous êtes lâchés sur le terrain,
je veux un déploiement dans tous les coins.
-Ceux qui avancent vers un tunnel,
sécurisent des zones et font remonter l’info.
-En avançant,
vous tomberez sur quelque chose qui attirera votre attention.
-Cela pourrait même être une forme de vie inconnue.
-Vous serez vite rejoins par l’élite,
pour gérer la situation.»

Ce sont les dernières paroles dont je me souviens,
avant,
«d’être lâché sur le terrain».
D’humain à humain,
imagine toi dans une combinaison,
avec le vague souvenir d’avoir quitté une base,
en route pour une exploration,
qui va changer l’histoire.
Tout en sachant,
qu’il y a des départs comme celui-là,
depuis que tu t’en souviennes,
tous les jours,
sur cette base.
Les seuls qui aient changé l’Histoire,
sont ceux des histoires,
dont personne qui ne la raconte,
ne l’a vécu.
Pourtant,
chacun sait ces histoires.

Ce sont les dernières pensées dont je me souviens,
alors que je suis en train de pénétrer ce qui,
«pourrait même être une forme de vie inconnue».
Je ne suis pas seul,
l’élite est là?
Je ne suis pas le premier,
je suis l’élite?
Certains étaient plus proche du bien né que de l’élite et je n’étais pas bien né,
serais-je plus proche de l’élite requise pour vivre ce moment de grâce.
Nous touchions le rêve de tous ceux partis avant nous
et dont nous n’avions plus jamais eu de nouvelles.
Nous profanions tout cela en brisant la rencontre de deux Un,
en une volonté de chacun.

Ce sont les dernières idées dont je me souviens,
maintenant,
«gérer la situation».
Je suis à l’intérieur,
je vois mon moyen de locomotion,
à l’extérieur.
Mon moyen de locomotion devient extérieur à ce que je suis.
Qui suis-je?
Je sens une autre présence à l’intérieur.
Je me retourne et vois.
Le ou la voix?
Suis-je par ce que je le regarde ou suis-je par ce qu’il me vois?
En tout cas,
on se rapproche,
moi et l’autre.
L’autre grossit ou je me rapproche?
L’autre se rapproche ou je grossis?
Nous fusionnons.
Nous dansons.
Nous communiquons.
Nous,
Nous mixons.
Je ne suis plus Moi et l’Autre n’est plus autre.
Nous ne sommes plus d’un.
Nous,
somme,
plus qu’Un.

Ce sont les derniers souvenirs d’un spermatozoïde avant la grande multiplication de la vie.
Cette vie nouvelle qui se multiplie,
cette multiplication qui ne sera qu’une Vie.
Une somme qui se duplique,
se réplique,
Unique.